UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Département des arts et lettres

Unité en linguistique et en langues modernes



Monique Demers

« C’était en 1988, j’avais 40 ans et un baccalauréat en pédagogie, je rentrais d’un séjour de trois ans en France où j’avais appuyé mon conjoint dans la rédaction de sa thèse de doctorat. Son directeur de recherche avait relevé quelques erreurs syntaxiques dans sa thèse ; j’étais piquée au vif. J’ai donc décidé de m’inscrire à l’UQAC, à un cours de syntaxe, afin d’améliorer mes connaissances. Ce fut le début de dix années de pur bonheur : études de baccalauréat, de maîtrise, de doctorat (stage de trois mois à l’Institut de phonétique à l’Université de Lund en Suède) puis un postdoctorat (stage de trois mois au Centre de recherche sur le français contemporain à l’Université Sorbonne nouvelle, Paris III), plusieurs publications d’articles et deux monographies. Mon intérêt pour la recherche ne cessait de se développer, mais l’enseignement a fini par prendre toute la place.

Comme expérience professionnelle, j’avais auparavant enseigné le français deux ans au secondaire et neuf ans à l’éducation des adultes.

La maîtrise terminée, j’ai commencé à donner des charges de cours en français de base d’abord puis après mon doctorat, j’ai donné des cours de phonétique, de morphologie, de stylistique et de communication orale. Active syndicalement, en 2009, j’ai été sollicitée pour me joindre à l’équipe syndicale. C’était un nouveau défi, que j’ai accepté, sans savoir que je venais de donner mon dernier cours.

L’étude de la linguistique fut une précieuse découverte, qui ne cesse de me nourrir, quelles que soient mes activités professionnelles. »


Mise à jour : 11 septembre, © Unité en linguistique et en langues modernes, UQAC, Québec (Canada)